03/11/2004

Bonvolu traduki

Jen eltiraĵo de traduko de Esperanta libro bedaŭrinde elĉerpita.
Iu bezonas la tradukon por la Zamenhoffesto.
Bonvolu prezenti la vian.
>>>>>>>>>

Boulogne, ville maritime et fortifiée du Pas-de-Calais,
était pavoisée comme aux grands jours pour accueillir le Congrès.
Dans les rues, claquaient au vent les drapeaux verts
frappés de l’étoile d’espérance.
A l’entrée de la ville, autour de la Colonnade de la Grande Armée,
des banderoles, tendues au-dessus de la chaussée,
souhaitaient la bienvenue aux congressistes,
hommes de bonne volonté.
Autour du théâtre, où le Congrès allait se dérouler,
la population s’était rassemblée.
Elle lisait avec étonnement le mot « Espero »,
écrit partout à profusion.
Ce mot, étrange et beau à la fois,
se répandit dans toute la ville,
sans que l’on en comprît exactement la portée,
en dehors des milieux espérantistes.

Le soir, le premier Congrès Universel d’Espéranto s’ouvrait.
Le théâtre était archicomble.
En plus des participants, des invités.
Un tonnerre d’applaudissements salua le Maître.
La musique se mit à jouer et chacun se leva.
Les murs renvoyèrent l’écho de l’hymne majestueux « La Espero »,
composé par Zamenhof.

00:34 Écrit par Esper@nto en Bruselo | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.